DU 12 AU 18 DEC. // EMILE ZOLA : NON À L’ERREUR JUDICIAIRE // CIE HAUT LES CRÂNES

Lecture spectacle.

il y a dans le monde
des hommes et des femmes
qui ont su dire NON à ce qui leur paraissait inacceptable…

ÉMILE ZOLA : NON À L’ERREUR JUDICIAIRE

« En 1898, l’écrivain Emile Zola comparaît devant le tribunal pour diffamation. Dans un manifeste intitulé « J’accuse ! » paru à la Une du journal L’Aurore, il a mis en cause radicalement les instigateurs – des militaires haut gradés de l’armée française – de la condamnation aux travaux forcés du capitaine Dreyfus, injustement accusé d’espionnage. Sur fond d’antisémitisme, dreyfusards et antidreyfusards se déchirent en cette fin du XIXe siècle. (…) »

Si l’affaire Dreyfus fut le sujet de nombreuses œuvres (films, livres), nous connaissons souvent mal comment la prise de position de Zola avec son « J’accuse » lui a été fatale : les insultes, la perte d’un procès, l’exil, la déchéance, puis la mort. Le grand auteur mourra assassiné par les antidreyfusards.

Pourtant, à aucun moment Émile Zola ne reculera devant les obstacles qui s’élèvent sur son chemin.

« La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera ».

L’originalité de l’ouvrage écrit par Murielle Szac tient à son point de vue.

Nous entrons dans l’Histoire romancée par la porte de l’intime, celle d’Alexandrine, l’épouse de Zola qui soutiendra son mari à chaque moment, avec amour et conviction, malgré les conséquences tragiques qu’engendrera cette bataille pour la Justice.

Note d’intention

« Lecture-spectacle »…

Cette appellation peut sonner comme une contradiction, un oxymore, tant la lecture est une expérience solitaire d’ordinaire. On s’y plonge, on y invente mentalement et intimement les sensations qui découlent des mots, des phrases, des paragraphes, de leurs successions rythmes et allitérations. Ces sensations ne se donnent pas en spectacle ; c’est une aventure intérieure qui est modifiée par le vécu de chacun, et chaque lecteur se construit mentalement son décor.

Le grand engouement du podcast semble nous dire que l’image n’est plus prioritaire, que le son reprend son importance dans la création de l’imaginaire.

C’est exactement le point de départ de ce travail : recréer une expérience de lecture intime et collective.

Ici le personnage principal, Alexandrine Zola, assistant au procès de son mari, est immergée dans le public, et sa voix résonne à côté des spectateurs/auditeurs. Elle s’adresse tantôt aux gens qui l’entourent lors du procès, tantôt à elle-même.  Sur scène il n’y a que la technique, une table régie occupée par un Zola qui n’en sortira que pour prendre la parole. Émile n’est qu’une icône dans ce récit, comme dans l’histoire. Il n’est que la projection de celui qui a dit Non contre le sens du vent, cristallisant les haines ou les espoirs.

Mais alors pas de décor ?

L’univers sonore ciselé sera le décor mental. C’est lui qui permettra de faire apparaître les enjeux, et c’est là le principal. Musique, bruitages, nappes sonores sont là pour soutenir la voix si singulière d’Alexandrine. Cette voix passe d’ailleurs par des adresses différentes (voix parlée, projetée, intérieure au micro…) C’est cette partition élaborée qui permet le voyage.

Esthétiquement, le peu d’éléments visuels seront hybrides : les costumes sont d’époques, mais Zola est derrière un ordinateur et une lampe de chevet. Comme s’il rédigeait encore son appel. Alexandrine est là, prête au procès un livre à la main, mais celui-ci renferme une tablette avec l’œuvre. Le choix est laissé au spectateur sur ce qu’il veut voir, sur l’importance qu’il donne aux choses. Il peut aussi fermer les yeux sans y perdre pour autant.

A lui de voir…




Compagnie Hauts les Crânes

Auteure Murielle Szac

Mise en scène et interprétation Sandra Trambouze et Franck Libert

Partenaires : Projet sélectionné dans le cadre des Actions éducatives financées par le Conseil Départemental (CD13).

Contact compagnie : Cie Haut les crânes, cie.hautlescranes@gmail.com , 06 12 41 26 01 | Diffusion : dif.hautlescranes@gmail.com

Compagnie en résidence à la Distillerie du 12 au 18 décembre 2022

Sortie de résidence prévue

Tarif unique > 5.00€    //  Adhésion obligatoire > 1.00€

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Réservation possible sur ce site.

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Venir à La Distillerie…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :