DU 6 AU 12 DEC. // LABO DU GAI SAVOIR // CIE IN PULVEREM REVERTERIS

À partir de Têtes Rondes et Têtes Pointues de Bertold Brecht.

Pour présenter le Labo, l’adresse liminaire du metteur en scène aux spectateurs.

 » Quand je me suis demandée ce que j’avais à coeur de vous dire pour favoriser entre nous une relation sincère et favorable à la suite, voilà ce qui m’est venu.
Nous sommes sur scène et vous vous êtes dans la salle. Cette division acteurs spectateurs elle est bénéfique car elle est fondatrice du théâtre. Mais attention il y une autre division avec laquelle nous ne sommes pas d’accord, c’est la supposée séparation des artistes et des gens, je dis, gens, pour aller vite. Nous faisons tous ici partie du même monde celui dans lequel nous vivons tous. C’est ça que j’ai envie de vous dire d’entrée.

Et cette appartenance commune, nous avons tout fait tout pour qu’elle soit manifeste et activée dans le spectacle qui va venir.
Ce refus de la séparation des artistes, ce n’est pas nouveau pour moi mais cela a depuis peu modifié sensiblement ma façon de travailler. Pour moi un spectacle, ce n’est plus un objet fini, crée par nous dans le secret de nos salles de répétions et ensuite proposé à la réception du public. C’est devenu un ensemble d’actes réels, agis simultanément au présent par nous comme par vous pendant la représentation. Pendant que nous jouons chacun
d’entre vous construit dans sa tête et son coeur son propre spectacle à condition que la dramaturgie choisie lui permettre cette attitude et c’est à quoi nous nous sommes attachés. Un spectacle c’est donc le partage, proposé au présent, de l’expérience commune d’un matériau, faite et reconstituée par nous ou à faire maintenant par vous et peu importe qu’elle ne soit pas la même. Souhaitons-le au contraire.

Le matériau choisi cette fois : un texte de Bertold Brecht, Têtes Rondes et Têtes pointues, pièce écrite par le dramaturge entre 1931 et 1934 vous voyez le contexte… Elle démonte dans le détail les rouages d’une manipulation politique dans un pays imaginaire, consistant pour les pouvoirs en place menacés à remplacer dans l’opinion Le poids de la lutte des classes par celui de la lutte des races. Vous voyez c’est d’actualité.
Alors nous vous proposons d’être vous aussi avec nous les chercheurs de ce laboratoire que nous avons qualifié de gai car sa méthode principale ce n’est ni la physique, ni les mathématiques, ni les sciences humaines, c’est le jeu.
Alors, c’est au tour des acteurs à prendre la parole … »

– Danielle Bré.

Têtes rondes et têtes pointues se présente comme une parabole contée, pleine d’humour et d’une lucidité terrible, mettant en expérience sur le plateau, un tour de passe-passe politique et ses conséquences. En voici la recette : En cas de crise économique et pour éviter la montée de la révolte des pauvres et l’inquiétude des classes moyennes, remplacer l’opposition Pauvre/Riche par une opposition ethnique (Ici Tchiche/Tchouche) et le tour est joué. Les dissensions raciales internes détournent la contestation du pouvoir, incapable de résoudre la crise économique sans s’en prendre ouvertement à la démocratie. Du point de vue économique, une guerre ferait l’affaire mais ce n’est pas populaire.
Pourtant, une fois la haine raciale développée, il suffit de la projeter sur l’ennemi extérieur pour retrouver l’unité nationale et rendre la guerre et son bénéfice industriel acceptables.
La pièce a été écrite entre 1931 et 1934.et s’adresse au contexte allemand de cette époque, à savoir, au sortir de la crise économique de 1929, (six millions de chômeurs en Allemagne) la montée du national-socialisme, la prise de pouvoir d’Hitler et l’avènement du troisième Reich. A la fin on y annonce la troisième guerre mondiale. L’opposition Tchiche/Tchouche renvoie à l’opposition Juif / Aryen, bien que ce ne soit jamais évoqué directement dans le texte.
En fait Brecht adopte dans cette pièce un point de vue précis qui sera le centre du Laboratoire : Face aux oppositions qui s’expriment de façon majeure dans une situation sociale donnée, l’important n’est pas de choisir son camp mais de réfléchir aux raisons et aux intérêts qui président à l’usage politique de ces oppositions.
En fait, la mécanique politique, dégagée par Brecht, est applicable à toute situation de crise y compris la nôtre. Les oppositions actuelles nationaux/migrants, démocrates/terroristes, humanistes/islamistes, autochtones/ étrangers ou d’origine étrangère, parmi celles qui sont très à l’oeuvre aujourd’hui et divisent nos concitoyens, peuvent relever du même type d’analyse que celle évoquée par Brecht. La fable Brechtienne sera un guide pour percer collectivement le dessous des cartes. Nous éviterons tout didactisme et les réponses toute faites, mais nous partagerons notre information et nos analyses, aussi et surtout nous le feront en « jouant ».
Nous avons besoin, à partir de la fable Brechtienne, de stimuler notre vitalité théâtrale en d’additionnant les compétences de tous et les apports et informations des politologues, des militants politiques, des universitaires, qui nous entourent, qui fréquentent peut-être nos théâtres et que nous côtoyons.
Bref il s’agit de mettre le théâtre à l’épreuve du réel à partir de la fable théâtrale et du jeu.


Cie In Pulvrem Reverteris

Adaptation, mise en scène, conception scénographique Danielle Bré
Assistanat et chargée de production Romane Pineau
Avec Mathieu Cipriani, Sofy Jordan, Lauren Carla Lenoir, Bryce Quetel, Malte Schwind, Stina Soliva
Régie générale et son Jules Bourret
Régie lumières Armelle Monfort
Création Costumes Élise Py
Stagiaire Céline Durand

Partenaires : Théâtre Antoine Vitez, Théâtre du Bois de l’Aune, Atelier d’Arsud, La Distillerie d’Aubagne, Place aux compagnies, La Déviation, L’Ouvre Boite, Le Théâtre Joliette Minoterie « Soutien à la création dans le cadre d’une résidence, du Théâtre Joliette – scène conventionnée pour les expressions et écritures contemporaines ». Remerciements : Festival d’Avignon et tous les coproducteurs au titre du mécénat individuel
Contact compagnie : Danielle Bré, danielle.bre@orange.fr, 04 42 28 84 35 | Romane Pineau roumane.p@gmail.com 06 42 18 42 77

Compagnie en résidence à la Distillerie du 6 novembre au 13 décembre 2021.

Sorties de résidence prévue

Tarif unique > 5.00€    //  Adhésion obligatoire > 1.00€

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Réservation possible sur ce site.

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Venir à La Distillerie…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :