DU 12 AU 24 AVRIL // AMIE D’ENFANCE & LA FILLE DU MILITAIRE // CIE LA COMMUNAUTÉ INAVOUABLE

Une création pour deux spectacles :

AMIE D’ENFANCE

Amie d’enfance porte sur une amitié d’enfance puis d’adolescence interrompue par la volonté d’un père de famille. L’enfant de 16 ans s’est soumise à l’ordre paternel envahissant.
Les deux amies autrefois si liées se retrouvent du jour au lendemain comme deux étrangères. Elles ne se saluent plus ni au lycée, ni dans leur village de Sologne. Elles finissent par se perdre de vue. La hiérarchie sociale se fait ressentir : l’une vit dans un château, l’autre est issue d’une famille modeste.
Près de 40 ans plus tard, une amie de l’époque refait surface et organise un rendez-vous permettant aux deux anciennes amies de se faire face, de se dire les mots qui n’ont pas été dits alors. Mais l’un d’entre eux n’est pas dit, manque, continue de manquer, manquera toujours car quelque chose de l’amie d’autrefois semble s’être entièrement absenté, avoir
complètement disparu.
Dans ce texte, le temps de l’enfance et de l’adolescence frôle celui des retrouvailles qui ont lieu de nos jours, sur les mêmes lieux que ceux d’alors, en Sologne, plusieurs décennies plus tard, provoquant une sorte de tremblement entre les deux époques.
Apparaît aussi la figure angoissante du père, ancien enfant des rues, ayant fait fortune en Afrique, devenu une sorte d’ogre châtelain, qui aurait consommé ses cinq enfants.
Celle qui parle avait gardé l’espoir. L’image de l’amie adolescente révoltée dans son château, inspirée et inspirante, généreuse et amicale, avait été conservée intacte. Malgré la soumission à l’ordre paternel, malgré les années de silence, malgré la disparition.
Alors, bien sûr, la rencontre tourne court. L’espoir silencieux est déçu. Et rien de l’essentiel espéré n’est formulé. Le rêve ne se réalise pas. Rien d’une conscience du désastre produit
par la séparation ne se fait jour. Ou si peu. Le paysage d’un château perdu dans les bois de Sologne et des étangs et le temps de l’adolescence peuvent évoquer Le Grand Meaulnes.

Une loupe est portée sur le fil de la vie qui se déroule entre deux moments : hier avec l’interdit parental et aujourd’hui lors du face à face. Et sur l’empreinte encore sensible malgré les décennies.
La transgression des interdits, la tentation de la découverte des sensations et des émotions extrêmes, la force de la première fois… les expériences sont vécues à l’adolescence comme des moments magiques, initiatiques.
En filigrane, aussi dans le texte, une époque politique et sociale se dessine, à travers quelques événements politiques et références musicales, et évoquent la vie au ralenti dans une province française à 200 km au sud de Paris.

Texte et musique

Comme dans la plupart des spectacles de Clyde Chabot, la création musicale occupera une place centrale. Un créateur sonore sera invité à écouter le rythme du texte, les tensions et espoirs qui le sous-tendent, les émotions qui le traversent pour entrer en jeu sonore avec l’ensemble. Il pourra aller dans le sens du texte ou déployer une autonomie pour créer de l’écart et une étrangeté dans la représentation. Il pourra aussi prolonger l’humour présent dans le texte.

LA FILLE DU MILITAIRE

Fille de militaire est le monologue tragi-comique d’une femme dont le père a été militaire. Comme si l’influence de la hiérarchie militaire, perceptible autrefois jusque dans le domicile familial, avait inscrit en elle des empreintes et forgé sa personnalité.
Elle sonde les conséquences de cette filiation dans sa vie sociale et intime et son impact en termes de soumission ou insoumission à l’ordre établi. Elle devient un chef guerrier prêt à réduire à néant l’autre, considéré soudain comme ennemi déclaré. Et ce dernier dans une vision kafkaïenne, se démultiplie pour constituer des légions à perte de vue. Il lui faudra dès lors utiliser une arme secrète…

PERMUTATIONS
Clyde Chabot explore ses textes fraichement écrits dans le temps protégé des Permutations. Elle a conçu ce dispositif en 2010. Il a donné lieu à une quinzaine de sessions. Il s’agit de temps de recherche où elle réunit sur trois jours quatre artistes de différentes disciplines artistiques. Chacun est
à la fois porteur de projet(s) et se met au service des autres. Ce dispositif lui permet d’entendre pour la première fois ses textes portés par des interprètes, en salle ou en plein air, de tester des hypothèses de travail et de distribution, d’expérimenter des protocoles de création.

ÉDITIONS SCÉNIQUES
Les éditions scéniques succèdent aux Permutations. Sur quelques jours de répétition chacune, à travers quelques mois ou quelques années, elles nourrissent l’écriture et la mise en scène. Elles lui permettent de peaufiner ses textes, d’expérimenter la distribution et le projet artistique en vérifiant
par l’expérience les hypothèses de départ. Au fur et à mesure de ces éditions, la dramaturgie évolue et s’affine. Des disciplines artistiques (musique, danse, vidéo…) augmentent telle ou telle édition et
sont conservées – ou non – pour l’édition finale.
À chaque édition, les lieux sont pris en compte dans leur inscription géo-politique et leur architecture qui devient élément de la scénographie.
D’une édition à l’autre, il ne s’agit pas de repartir à zéro mais de prolonger le geste, poursuivre le souffle, retrouver l’équipe et renouveler avec elle le projet dans une forme de continuité et de variation.

CRÉATION FINALE
La création finale est le fruit et le prolongement des éditions scéniques préalables. À travers le temps, la mémoire commune nourrit le travail et la sensibilité de l’équipe. Ses membres sont reliés différemment. La création devient un palimpseste des éditions scéniques précédentes. Elle est aussi
une forme en soi, renouvelée, avec des partis-pris scénographiques et dramaturgiques forts, chargée de la densité et de la légèreté du temps traversé ensemble, avec les artistes réunis.


Crédits photographique : Laurie Simmons

Cie La communauté inavouable

L’amie d’enfance

Texte, conception, jeu Clyde Chabot

Avec Clyde Chabot, Peggy Péneau

Composition musicale William Moreau, eRikm

Scénographie Charlotte Arnaud

La fille du militaire

Texte, conception et jeu Clyde Chabot

Musiciens guests Eryck Abecassis, Thierry Madiot ou Grace Milandou & Nathalie Jacquet

Scénographie Charlotte Arnaud

Lumières Iannis Japiot

Régie Jérôme Baudouin

Regards extérieurs Laurence De La Fuente, Séverine Batier, Cécile Saint-Paul

Photographie Marc Planceon, Roland Raymond, Muriel Habrard


Compagnie en résidence à la Distillerie du 12 au 24 avril 2021.

Sortie de résidence prévue.

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Venir à La Distillerie…

Tarif unique > 5.00€    //  Adhésion obligatoire > 1.00€

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :