DIM. 2 MAI À 14H // VOYAGES AU-DELÀ DES MOTS // THÉÂTRE 27

Une proposition conviviale de co-création sonore

Chanter ensemble, sans obligatoirement savoir chanter… c’est à ce voyage dans de nouveaux paysages que nous vous invitons.

Ainsi, en collaboration Joëlle Driguez et Anne Marina Pleis ouvrent ce nouveau cycle de créations du Théâtre 27.

 »Après les Taxithéâtres où notre recherche fut basé sur l’envie que le spectateur faisait entièrement partie du paysage réel et imaginaire, ici il n’y a plus notion de spectateur. Chacun fait partie, co-crée concrètement les paysages artistiques avec sa voix et ses silences.

Bien sûr, nous proposerons des cadres afin de faciliter la rencontre des nos voix et de l’espace où elle se posent ou tracent leur chemin.

D’abord un cercle (oui c’est un peu archétypal, quoi que peut-être ultra-contemporain…). Assis. Commençons à créer un bourdon, cette nappe (tapis) sonore qui existe depuis le temps où notre langage n’existait pas encore. Et hop le voyage est partie, libre de jouer avec nos voix, humaines parfois sonnantes parfois dissonantes. Un jeu…

Peut-être des floraisons soudaines après presque rien… mais derrière peut-être aussi une voie d’émancipation des cadres artistiques, des schémas préexistants.

Une voie pour renouer les liens entre l’art et la vie.

Et peut-être simplement un moment d’enchantement. »

Matières, axes et sensations

 »Je nommerai peut-être ce type de chant, le chant brut (en référence aux Botaniques » et donc à Dubuffet). Ces chants sont pour moi :

– une reconnexion à des sensations ancestrales où l’humain est dans le monde, et non en face

– un art horizontal qui affine et approfondit nos capacités créatives (innées?)

– un art pour tous donc

– un art guérisseur parfois aussi

– un art politique, ne pouvant guère être ni objet ni sujet à des valorisations marchandes. »

Anne Marina Pleis

« Laisser les sons libres : les laisser pour ce qu’ils sont

Redécouvrir notre rapport avec les sons, le temps, le silences

Cultiver joyeusement l’absence de certitude

S’exprimer sans subordination ni exploitation

Se libérer des jugements de valeur en ayant le courage d’échouer aussi (peut-être)

Partager une immersion intemporelle dans un monde sonore

Se fondre dans un son d’ensemble (glissement de couches de fluides comme des stratifications – non juxtaposition, non interaction question-réponse)

Trouver de nouveaux espaces sans se perdre dans l’écueil de l’originalité à tout prix »



Mathieu Saldin.
Esthétique de l’improvisation libre. Expérimentation musicale et politique.

Un c(h)œur commun qui donne le ton à l’émergence des sons, et ouvre l’accès à un partage vibrant.

Un bourdon, ce tapis, cette nappe, ce berceau sonore venu depuis les temps où notre langage n’existait pas encore…

Des vocalises soutenues par le groupe, qui se rendent intrépides et nourrissent le cercle.

Voix sonnantes ou dissonantes, libres de jouer hors des sentiers battus, au delà des stéréotypes…

… Ainsi la cellule résonne de l’inspiration et du rythme de chacun…

Joëlle Driguez



Photographie©theatre27

 »Depuis les Taxithéâtres, je me suis hardiment demandée comment amenuiser encore plus cette séparation entre artiste et spectateur ? Quelle proposition pour déjouer ludiquement le face à face des salles de théâtres (à mon goût pas assez subversif pour nous sortir d’attitudes consommatrices et d’autres)…

Puis, dans quels paysages singuliers, nouveaux et pourtant tout à fait communs, ordinaires, inviter un public…

Quelle rencontre aussi tracera le chemin d’une nouvelle proposition…

Et un jour, j’ai commencé à rencontrer les chants du moment, spontanés, les pratiques de la voix humaine dépassant le cadre habituel de nos chants communs. Je les ai pratiqués, pour moi, dans une joie de découvertes inouïes ; moi qui suis engouffrée dans ce profond complexe du « je ne sais pas chanter ».

Mais voilà qu’un chemin commençait à se tracer…

Aujourd’hui, je propose d’ouvrir mes pratiques, commencer à inviter des gens à de nouveaux voyages, pas en voiture, non plus dans des textes, mais dans des voyages des voix, des voyages où tout le monde est cocréateur, sans besoins de quelconque connaissance !

J’ai envie d’inviter des femmes et des hommes à créer ensemble des paysages sonores…

Et ce chemin s’ouvre à travers la rencontre avec Joëlle Driguez, experte en la matière.

Et zou, c’est parti pour l’élaboration des premières expérimentations (disons try-outs dans la manière bruxelloise). Au public – qui ici n’est plus du public – je dirais : c’est simple, il suffit d’être là. Et de se laisser embarquer dans nos propositions. Suivez le guide … »

Anne Marina Pleis, décembre 2020


Contact compagnie > Théâtre 27 – 7 rue de Thiepval – 13005 Marseille theatre.27@wanadoo.fr – 04 96 12 46 73

Projet choral participatif le Dimanche 2 mai à 14h

Attention : limité à 10 personnes

( En raison du contexte sanitaire, sortie de résidence ouverte aux professionnels seulement )

Renseignements >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Réservation obligatoire sur ce site.

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Venir à La Distillerie…

Entrée libre

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :