SALETÉ – Compagnie Haut les Crânes

CIE HAUT LES CRÂNES        

SALETÉ   

En résidence de création du 13 au 26 janvier

Mise en scène> Franck Libert

Assisté de > Sandra Trambouze

Interprétation > Nader Soufi

Création lumière > Jean-Louis Alessandra

Sans titre

Saleté, c’est une nuit en compagnie de Sad.

Sad est arabe. Il était étudiant en philosophie, a dû fuir l’Irak de Saddam Hussein sans obtenir pourtant le statut de réfugié politique. Il était un homme… un homme, un père qui a laissé quelque part un enfant aux yeux noirs, une famille et un amour à Bassorah. Aujourd’hui Sad n’est plus rien, il le sait, il l’accepte. Alors il vend des roses. Sad attend. L’heure d’aller vendre ses roses. Ou sa dernière heure, peut-être. En attendant, il parle. Sad évoque ce qu’il entend, ce qu’il ressent mais qui ne s’exprime que difficilement : le regard de l’autre sur sa différence de peau, de comportements ou de culture. La migrance est le grand défi de nos sociétés. L’homme, de tout temps a migré par nature ou par nécessité : pour se nourrir, se mettre en sécurité, survivre… La question essentielle est de savoir ce qu’on abandonne lorsque l’on migre et ce qu’on demande à l’autre d’abandonner quand on l’accueille.

Pour moi, Saleté n’est pas un texte politique, c’est un regard sur l’abandon. Cet abandon-là. Il offre la parole à un homme qui ne l’a plus. Sad ne s’aime plus, il ne se hait pas non plus, il disparaît, il n’existe plus. Ou plutôt, il accepte de disparaître, de coller au fantasme de l’étranger. Il ne se considère plus comme un humain, il en est en dehors, il est autre. Il en vient même à légitimer le discours d’ostracisme dont il est victime. Son amour-propre a disparu. Il se méprise. Il a été contraint de quitter son pays, mais c’est par amour qu’il est arrivé ici. Par amour de la civilisation, de la langue, de la culture et de l’harmonie. A présent, sa conviction c’est qu’il y est inadapté… Alors il vend des roses, c’est son lien au monde. Ce monde dans lequel il est invisible. Ce que j’interroge avec ce texte, c’est le processus qui amène un homme à se nier complétement, à accepter d’être déconsidéré et ce, au point de rendre dogme l’insulte. Son corps n’est déjà plus sa maison et il l’offre à qui veut en faire ce que bon lui semble.    Franck Libert

Contact compagnie > Haut les Crânes 144 Quartier de la Tuilerie 13360 Roquevaire     Sandra Trambouze 06 07 72 41 65  //  Franck Libert 06 12 41 26 01 http://www.hautlescrânes.com  //  dif.hautlescranes@gmail.com  //  cie.hautlescranes@gmail.com

 

Vendredi 24 janvier à 15h00

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Entrée libre

 

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :