LAMPEDUSA SNOW – Compagnie Erre

LAMPEDUSA SNOW

Compagnie Erre

En résidence de création du 2 au 8 décembre

Texte > Lina Prosa traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro

Mise en scène > Eleonora Romeo

Avec > Fabrice Lebert

Création lumières > Damien Gandolfo

Musique > Jamespange et Éric Craviatto

Document3 - copie 2

Deuxième volet du triptyque La trilogie du naufrage, ce texte a été écrit en 2012 à partir d’un fait divers : cent migrants africains ont débarqué à Lampedusa et ont été transférés vers les Alpes à mille huit cents mètres d’altitude, laissés là, dans l’attente de démarches bureaucratiques d’identification. Lampedusa Snow relate en quelque sorte un naufrage en montagne, tout particulièrement celui de Mohamed, peut être le frère de Shauba – la femme de Lampedusa Beach.

À travers ces trois textes poétiques, Lampedusa Beach, Lampedusa Snow et Lampedusa Way, les migrants morts au cours de leur exil retrouvent temporairement la parole et une identité. Les protagonistes de la Trilogie du naufrage proviennent de la réalité et c’est au travers de l’écriture que l’auteur a choisi de leur redonner un nom. Faire résonner ces trois histoires en les mettant en scène, c’est questionner l’humanité plus ou moins enfouie en chacun des spectateurs.

Comme l’écrit Lina Prosa dans l’introduction de sa trilogie : Les trois étapes d’écriture […] font de l’expérience du naufrage la métaphore de la condition de l’homme contemporain. J’ignore si le sacrifice de cette multitude de naufragés dans la ‘’mer-cimetière’’, qu’est devenue la Méditerranée, changera l’histoire de demain. Je sais en revanche que la poésie est un acte politique pour peu qu’elle prenne le corps en charge. J’espère qu’elle permettra des changements de points de vue, des prises de conscience et de position.

Extraits du texte

« Nous avons tous demandé l’asile politique.
Chacun à sa manière est un persécuté.
Il me revient à l’oreille le procès rapide et l’unique question : Y a-t-il une guerre derrière vous ? Je réponds oui.
Derrière moi, il y a l’éléphant. Mais je ne le dis pas. »

« Je chante et j’avance.
Je cherche justice.
Je cherche un Chef de la vallée rapide
qui au nom de l’Italie me dise :
‘Reste…reste…reste…’
Je monte encore plus haut.
Vers le col.
Qu’est-ce qui peut m’arriver ?
Rien de pire que sur cette barge remise à la mer après des années de rouille et pourriture sur laquelle aucun marin professionnel n’aurait jamais parié »

« L’Empire est froid.
Un hivers c’est peu pour mériter l’asile politique, la formule de la régularité est complexe, trop éloigné de la source de chaleur.
Parole du chef de la vallée. Il a peu de temps.
Il attend le retour de la marmotte. »

« Ici au milieu de la neige, je suis autonome.
Je bouge tout seul.
Je fais tout tout seul.
Je tombe, je me lève, je me déplace.
Tout dépend de moi.
Je vais vers le haut.
Je monte. A chaque pas la neige est de plus en plus fraîche.
Mais toujours plus haute : intensité de la chute proportionnelle à l’altitude.
Mes pieds s’enfoncent.
Je les ressors avec difficulté.
C’est la même difficulté avec laquelle un naufragé s’efforce de ramener sa bouche à la surface de l’eau »

Contact compagnie > Compagnie Erre  //  0033(0)6.42.33.41.61  //  elediffusion@gmail.com  // contact@compagnie-erre.com  //  http://www.compagnie-erre.com    Production Le Buro –  Maison IV de chiffre – 26, Rue des Teinturiers 84000 Avignon  //  le.buro@wanadoo.fr

Vendredi 6 décembre à 15h00* et 19h00

*Présentation de travail réservée aux professionnels. entrée libre sur réservation.

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Tarif unique > 5.00€  +  1.00€*

(*Adhésion annuelle obligatoire = Réception de la newsletter et accès au Bar Associatif)

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :