LA VEILLÉE DURE TROIS JOURS – Compagnie Opéra Baston

Compagnie Opéra Baston

LA VEILLÉE DURE TROIS JOURS

En résidence de création du 23 au 29 septembre 2019

 

Texte et mise en scène > Stéphanie Raineri

Avec > Nezha Benzerga, Louis Jamseh, Elyssa Leydet Brunel, Barbara Maia, Sebastien Mintoff

Abuelita raconte les morts.
Elle parle d’héritage, de choses qui survivent et du bonheur au creux de la poitrine lorsqu’elles surprennent. Elle pleure de joie quand je chante — elle me dit qu’elle entend sa mère, alors elle me parle de sa mère. Abuelita, elle a toujours vécu très près de sa mère ; elle raconte la veillée, dans une chambre de l’appartement : les prières, les rituels, la rigueur. Elle raconte son Abuelita, les punaises jaillissant du corps à son dernier souffle et les draps qu’il a fallu brûler pour s’en débarrasser. Elle parle d’esprits de grands oncles et de grandes tantes avec qui elle communique — elle dit qu’elle les aide. Elle prie pour que Dieu les aide et, elle prie aussi pour ceux qui oublient de prier pour que Dieu les aide. Elle me raconte les morts et je les connais à travers elle, ils sont toujours là. Il est important de croire, c’est ce qu’elle me dit. Et à l’époque je ne comprends pas vraiment de quoi elle parle, mais je l’écoute avec attention.
Jouer sur des contrastes forts : La mort appelle la tristesse, parfois le désespoir ; mais elle rappelle aussi à la vie, à la douceur, à l’amour, à la joie, au rire, au désir, à la sensualité. La parole est aussi légère et, la situation, à certains moments, comique. Une veillée, c’est une famille qui se réunit, de la plus vieille génération à la dernière, avec l’expérience et l’innocence. Le groupe sur scène est une métaphore : on ne définit pas qui ils et elles sont, ni leurs relations ; mais à travers leurs situations on s’identifie par l’émotion. La parole intime peut alors se déployer et venir retrouver l’universel en chacun.e. de nous.
La démarche est celle d’un théâtre pauvre : revenir aux fondamentaux du théâtre qui a pour base la relation acteur / spectateur et de ce fait créer un retour fondamental de l’individu vers lui même ; retrouver le sacré du théâtre, retrouver le sacré qui nous est propre en réinventant nos rituels, dont le rituel de la veillée. Créer une atmosphère épurée avec très peu d’éléments de scénographie, pas de création lumière, pas de bande son externe. Plusieurs chants, dont certains de la tribu Huni Kuin de la forêt amazonienne m’ont été transmis ; ils seront transmis aux acteurs et pourront être inclus dans la partition sonore de la pièce.

 

Vendredi 27 septembre à 19h00

Renseignement et réservation  >  04 42 70 48 38  / la.distillerie13@free.fr

Tarif unique > 5.00€  +  10.00€*

(*Adhésion annuelle = donne droit à l’accès au Bar Associatif et à deux invitations par saison)

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle…

Venir à La Distillerie…

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :