QUAI OUEST – Compagnie MCC.

Compagnie MCC.

QUAI OUEST // Bernard-Marie Koltès

C’est l’histoire d’un homme qui vient dans un hangar pour y mourir.
Et celle d’un homme qui quitte ce hangar pour vivre.

TEXTE > Bernard-Marie Koltès
MISE EN SCÈNE > Martin Houssais                                                                                                 ASSISTÉ DE > Camille Kolski

AVEC > Serge Atouga Attougha, Vincent Fruleux, Brice Hillairet, Martin Houssais, Camille Lucas, Pauline Méreuze

CRÉATION SONORE > Camille Frachet
SCÉNOGRAPHIE > Valentine Maurice
CRÉATION LUMIÈRES > Élise Riegel

 

Comment deux mondes se rencontrent ?
Comment passe-t-on d’un monde à un autre ?
Comment passe-t-on d’une époque à une autre ?
Comment est-on obligé de se créer une nouvelle époque quand la sienne s’effondre ?
Peut-on vivre ça seul ?
Comment en arrive-t-on à vivre ça seul ?
Est-ce-que ça marche de vivre ça seul ?
Est-ce-qu’on ne se trompe pas de question ?
De combat, de lutte ?
Et si c’était beaucoup plus simple que ça ?
C’est l’immuable des bouleversements générateurs de ces problématiques qui m’amène à parler de tragédie. De tragédie de notre temps.
Et c’est la considérer comme une tragédie qui me permet plus que jamais de parler de la vie.
Du choix de vivre.
De vivre ailleurs.
De vivre seul.
De vivre libre.
De vivre émancipé.
De vivre avec l’autre.
De vivre sans l’autre.
De choisir de vivre.
De choisir de ne plus vivre.
Car tel est l’enjeu de la génération que je présente, de ma génération : Le choix. La volonté d’avoir le choix. La lutte pour avoir le choix. Vouloir choisir, coûte que coûte, jusqu’au bout.
Et cette foutue capacité à vouloir choisir seul, pour soi même, dans l’idéal de soi même, dans la culture de l’ici maintenant, dans la dictature de l’instant.
Et si être bourré de bonne volonté n’était pas une garantie suffisante, et si vouloir accomplir de grandes choses n’était pas une sacrée connerie ?
Il est bien évident que si j’avais les réponses à tout ça je ne serai pas en train de monter cette pièce.              
Martin HOUSSAIS.

Bernard-Marie Koltès. Né à Metz le 9 avril 1948. «Mon collège était en plein au milieu du quartier arabe. Comme à l’époque on faisait sauter les cafés arabes, le quartier était fliqué jusqu’à l’os.» Voyage, beaucoup, New York, l’Allemagne de l’Est, Kiev, Moscou, Léningrad… «J’ai voyagé… Tout ce que j’ai accumulé c’est entre 18 et 25 ans.» Fonde une troupe, le Théâtre du Quai, pour laquelle il écrit et met en scène. Les amertumes. La marche. Procès ivre. Récits morts. Écrit L’héritage et Des voix sourdes. Écrit Le jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet. Écrit un roman, La fuite à cheval très loin dans la ville. Écrit La nuit juste avant les forêts. Ce sera sa dernière mise en scène. Écrit Salinger. Voyage au Nigeria, au Nicaragua, Guatemala, Mexique. Écrit Combat de Nègre et de chiens. Étant toutes des adaptations (de Dostoïevski, Gorki, Salinger…) il renie ses pièces précédents La Nuit. Voyage au Mali, en Côte d’Ivoire. Écrit Quai ouest. Écrit un scénario, Nickel Stuff, qu’il voudrait réaliser lui-même. Rêve, pour ce film, de John Travolta. Commence un nouveau roman qui restera toujours en chantier, un seul chapitre intitulé Prologue étant achevé. Écrit Le retour au désert. Écrit Roberto Zucco. Voyage à Lisbonne, au Mexique et au Guatemala. Revient à Paris. Meurt le 15 avril 1989.
Partenariat >  Viens Voir Lieu de curiosité artistique, Tavel (30) /  – La Maison Jean Vilar, Avignon (84) /  – Fabrique Mimont, Cannes (06) /  – La Distillerie Lieu de création, Aubagne (13)

Vendredi 2 mars 2018 à 15h00*

Samedi 3 mars 2018 à 19h00

*Présentation de travail réservée aux professionnels

Renseignement et réservation  >>>  04 42 70 48 38  /  la.distillerie13@free.fr

Tarif unique > 5.00€    ///    Adhésion obligatoire > 1.00€

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle

 

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :