L’ENNEMI INTÉRIEUR – Cie Demain nous fuirons

Compagnie Demain nous fuirons 

L’ENNEMI INTÉRIEUR

 

Texte > Marilyn MATTEI   (Éditions Tapuscrits /Théâtre Ouvert)

Mise en scène > Fabien HINTENOCH 

Dramaturgie > Marilyn MATTEI

Avec > Pierre CUQ, Pauline ESTIENNE, Annabelle HANESSE, Jules ROBIN & Alexis TOLLOMBERT

Scénographie & lumières > Cécile SCHAUFELBERGER

 

Max a 16 ans. Max est parti. Sans dire ciao. Combien de temps ? On ne sait pas. Où est-il ? on ne sait pas vraiment non plus. Jusqu’au jour où une vidéo est diffusée sur le Facebook du garçon. Dans cette vidéo, on voit Max exécuter « un type en orange ». Une cellule psychologique s’ouvre alors d’urgence au sein de l’établissement scolaire. Louise, enceinte, est appelée pour recueillir la parole des adolescents, notamment celle de George et Simon et de les faire parler, afin que « rien ne pourrisse ».
Les deux adolescents – amis de Max – décident de kidnapper Selma, sa petite amie. Persuadés qu’elle est contaminée par « l’obscur » et « le Sheitan », ils décident de la soigner pour ne pas qu’elle parte à son tour « au bord du monde » et garder l’unité de leur groupe. Le tout est mené par Eddy, conjoint de Louise, la trentaine, surveillant de l’établissement scolaire, persuadé que l’action qu’il mène est une action juste, nécessaire, au nom de son pays, de sa patrie, de sa nation.

L’ENNEMI INTÉRIEUR donne la parole à ceux qui gravitaient autour de lui – ses amis, le surveillant et sa fiancée – également psychologue. Dans ce huis-clos mental et physique, ces cinq personnages évoluent dans trois espaces : la chambre, la cave, la cellule psychologique. En pleine confusion et sans repère – face au départ de ce garçon, – faisant partie intégrante de leur quotidien – ces personnages se laissent guider par leurs peurs respectives.
L’ENNEMI INTÉRIEUR fait entendre, de manière fluide et virulente, la voix de deux générations : d’abord celle de ces adolescents, face à l’absence, construits par un langage singulier qu’ils se sont forgés. Ces fulgurances-adolescentes côtoient le discours des nouveaux adultes. Les trentenaires – Louise et Eddy – attendent un heureux évènement et absorbent comme des éponges les tristes évènements nationaux : le mot GUERRE a été lancé. Les dialogues – vifs et rythmés – sont entrelacés de tunnels de texte plus longs où la pensée et les rêves lumineux des protagonistes s’ouvrent, s’échappent et se cognent sur les quatre murs sombres qui les emprisonnent constamment. La pièce offre une joute verbale violente et poétique où se combattent les champs lexicaux de l’ombre et de la lumière.

Illustration de Samuel Pivo et Camille Pizzichillo
Compagnie Demain nous fuirons > http://www.demainnousfuirons.com

 

SAMEDI 27 JANVIER 2018 À 20H00

Renseignement et réservation  >>>  04 42 70 48 38  /  la.distillerie13@free.fr

Tarif unique > 5.00€    ///    Adhésion obligatoire > 1.00€

Le Bar Associatif est ouvert une demi heure avant le spectacle

Laisser un commentaire

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :